Delta 






Photographier un territoire au pas de ma porte, le delta du Rhône, et le regarder comme un ailleurs lointain, sans le souci de quelque vérité à délivrer. Je me suis souvent dit que j’aurais pu faire ces images n’importe où, et pourtant en les voyant j’ai le sentiment qu’elles n’auraient pu être faites ailleurs qu’ici.


Cette série a été édité en 2014 aux éditions Poursuite et fait partie du projet collectif France(s) Territoires Liquides.


« Les photographies de François Deladerrière représentent des objets méprisés, abandonnés aux confins d’un territoire inconnu. En réalité, ce territoire est tout à fait connu et cartographié : ces images ont été prises au sud d’Arles, en Camargue. Il s’agit du plus grand delta d’Europe, le Rhône y charrie d’énormes quantités de boue ; on dirait que la rivière a abandonné sur ses rives ces objets, dans l’attente de leur destin. Ou bien ce pourrait être des mains humaines qui se sont débarrassées de ces objets indésirables, laissant au temps le soin de faire son œuvre de destruction. C’est donc d’une certaine vie après la mort dont nous parle cette zone, où les différents matériaux sont ramenés à des formes plus élémentaires de matière peu à peu décomposées par les forces de la nature. Qui sait, certaines d’entre elles seront peut-être recyclées pour créer de nouveaux objets. »
Paul Wombel, directeur artistique du projet France(s) Territoires Liquides.


I set out to photograph the territory lying just behond my doorstep, namely the Rhône delta, observing it as a distant land without the need to deliver any form of truth about it. I often convinced myself I could have captured these scapes elsewhere but looking at them now, I sence i couldn’t have taken them anywhere else than right here, at my doorstep.





© François Deladerrière, 2018